Les attractions à ne pas manquer

Les États et territoires

Les villes incontournables

Les attractions à ne pas manquer


Blue Front Café, Bentonia


Keeping the blues alive !

Sur la Route 49 entre Yazoo City et Jackson, le petit village de Bentonia sommeille autour de son Blue Front Café. Ce restaurant ouvert en 1948 par Carey et Mary Holmes allait, sous la houlette de Jimmy « Duck » Holmes, l’un de leurs 10 enfants, devenir à partir de la fin des années 1970, l’un des hauts lieux du blues au Mississippi.
  
A l’origine, ce modeste bâtiment, qui occasionnellement servait aussi de salon de coiffure fonctionnait 24h/24 au moment de la récolte du coton malgré un couvre-feu à partir de 22 heures. On n’y servait pas de Coca Cola, une boisson réservée aux Blancs, mais du Nehi ou du Double Cola.
  
Ce n’empêchait pas les Blancs de s’y fournir en alcool de maïs en passant par la porte de derrière. Ca n’est qu’à la fin de la ségrégation que le Café afficha son enseigne emblématique. On y jouait de la musique de manière impromptue et spontanée en fonction des musiciens de passage sortant leur guitare ou leur harmonica selon la demande et l’envie, comme Skip James ou Sonny Boy Williamson No. 2 (Rice Miller).
  
1972 vit le premier festival de blues de Bentonia (le 3ème samedi de juin). A l’époque, un D-J passait des disques quand Walter Lee « Big Daddy » Hood, alias « 230 kilos de Blues » ne chantait pas a capella…
  
C’est aujourd’hui l’un des festivals les plus cotés du Mississippi, très apprécié pour son authenticité. On y vient écouter le son rustique et âpre, propre à ce que certains appellent l’école de Bentonia. Holmes y invite depuis plus de 40 ans, des artistes traditionnels comme son mentor, Jack Owens, James « Son » Thomas, de Leland, ou plus récemment Super Chikan ou Bobby Rush.
  
Jimmy Holmes en personne enregistra 2 CDs en 2006 et 2007 au Blue Front, toujours autant couleur locale, histoire de perpétuer la musique apprise en compagnie de Jack Owens et consorts.
  
Site internet : www.bentoniablues.com