Les attractions à ne pas manquer

Les États et territoires

Les villes incontournables

Les attractions à ne pas manquer


Michigan


Henry Ford dans le rétro

Succès en demi-teinte
  
Nul besoin de remonter jusqu’aux guerres qui façonnèrent l’État du Michigan avant son entrée dans l’Union, en 1837, pour cerner son identité. Des entrepreneurs visionnaires comme Henry Ford, William Crapo Durant dit "Billy" ou encore Louis Chevrolet en sont les principales incarnations. Le travail à la chaîne, le succès de la construction automobile, le culte du Self Made Man... Autant de fastes pourtant entachés par de nombreux conflits ouvriers et plusieurs luttes pour les droits civiques qui plongèrent Détroit dans un total marasme productif dans les années 1960.
  
Victime du déclin de l’industrie automobile, le Michigan descendit brutalement de son piédestal pour rejoindre la Rust Belt (« ceinture de la rouille »). Jamais vaincu, l’État en fit une richesse et servit de décor à des films comme Blue Collar, Narc, 8 Miles, Roger & Moi, ou encore Gran Torino. Résistant, le Michigan tire tout de même partie de ses immenses ressources naturelles et de son patrimoine historique au profit du tourisme estival et hivernal, avec la région surnommée l’« Up North » et ses milliers de pistes de motoneige ou de traîneaux à chiens. 
 
 
Feuille de route
  
Pour bien se repérer dans le Michigan, il faut d’abord savoir distinguer la Lower Peninsula avec ses airs de gant de boxe, située entre le lac Erié et le lac Huron, le dos adossé au lac Michigan, et l’Upper Peninsula, une longue jetée allant en s’amenuisant à la confluence des lacs Supérieur, Michigan et Huron. Tout un voyage sur un thème maritime, au fil des nombreux petits ports perdus qui émaillent 3200 miles de côtes, des 149 phares de l’État, des plages et des îles par centaines, ou encore des épaves et d’immenses dunes de sable. Un parfum de douce nostalgie, que l’on retrouve d’ailleurs d’une station balnéaire rétro à l’autre. 
 
Mais le Michigan est aussi synonyme de magnifiques forêts, épaisses et trouées de milliers de petits lacs, autour desquels de nombreux villages de mineurs ou de bûcherons ont servi de décor aux romans de Jim Harrison ! Sur l’Upper Peninsula sont concentrées les plus vieilles mines de fer ou de cuivre n’allant jamais sans leurs pittoresques villes fantômes. Enfin, Soo Locks (gigantesques écluses de Sault Sainte-Marie laissant passer les cargos océaniques) est un immense refuge naturel pour la faune locale et les amateurs de solitude qui viennent profiter de ses 150 chutes d’eau héritées du Bouclier Canadien. 
 
 
City guides
 
A moins de 30 miles de la frontière de l’Indiana, commence avec St Joseph, « le pays des ports » (Harbour Country). Il s’agit d’une succession de petites stations où l’on peut se baigner, faire du bateau, aller à la pêche, manger une bonne glace tout en regardant Silver Beach, en contrebas, et tout simplement se sentir en vacances.
  
50 miles plus au Nord, voilà Holland, fondée en 1847 par une communauté religieuse venue des Pays-Bas. Le village cumule architecture coloniale aux influences flagrantes et aux tulipes par dizaines de milliers. L’ambiance néerlandaise est partout : de la fabrique de sabots en passant par l’inévitable moulin, le Holland Museum, la superbe Cappon House, propriété de la même famille de 1873 à 1980, sans oublier la bière ! 
 
Manistee, 32 miles au Nord, est assez charismatique avec son petit centre victorien, ses planches bordant la Manistee River et la plage de Douglas Park. 30 miles plus loin, place à Frankfort couronnant une falaise dominant une petite plage. Ici, vous êtes à la base de la Leelanau Peninsula, riche du Sleeping Bear National Lakeshore, plus cossu mais bien mieux préservé.
  
Le Sud, agricole et fier de ses champs de cerisiers, est beaucoup plus urbanisé que le Nord. En dehors de petites villes prétextes à des « tubes » de la musique populaire américaine comme Kalamazoo ou Saginaw, le territoire est marqué par la présence de Détroit, 6e métropole américaine qui a fait du Self Made Man un archétype, et de la voiture l’icône absolue de l’American Way of Life. Une ambiance stigmatisée dans les films de Michael Moore, natif de Flint. 
 
 
Détroit culturel
 
S’il compte peu de musées, l’État du Michigan possède une vie culturelle exaltante, à l’image du Detroit Institute of Art. Surnommé le « Temple de l’art », il a toujours été pour la ville et l’État un véritable phare culturel. Le Motown Historical Museum, témoin du « mouvement soul » propre à la ville, est quant à lui dédié à la célèbre compagnie discographique de la Motown qui a signé des légendes telles Diana Ross, Marvin Gaye ou encore The Jackson Five.
 
Enfin, d’un point de vue sportif, les « Tigers » de Détroit pour le baseball, ou encore les Pistons de Détroit pour le basket-ball, sont de véritables égéries locales.
 
Site internet : http://www.michigan.org/

à ne surtout pas rater

State Michigan

Michigan

Surnom: 
The Wolverine State, The Great Lakes State
Capitale: 
Lansing
Devise: 
"Si quaeris peninsulam amoenam circumspice / Si tu cherches une péninsule plaisante, regarde autour de toi. "
Date d'entrée dans l'Union: 
26/01/1837
(26ème État)
Superficie: 
250 941 km²
Population: 
9 883 640 hab
Henry Ford dans le rétro

On ne peut pas être plus au cœur des Grands Lacs que dans le Michigan ! Si l’État a pour capitale Lansing, il abrite surtout la mythique ville de Détroit, une légende pour tous les amoureux du concept du « self made man » et de la fabuleuse ascension de l’industrie automobile américaine, véritable héritage de l’« American Dream ». Nature immaculée, littoral vintage et Détroit version cinéma, l’American Way of Life est bien vivant.

Lire la suite >