Palm Beach


La vitrine du rêve américain

Cocotiers, plages de sable et raffinement luxueux. Bienvenue à Palm Beach « la Newport du Sud », une enclave luxueuse au sud de la Floride.
Palm Beach est sans conteste la petite ville la plus riche de Floride et l’une des plus aisées des Etats-Unis. Le revenu moyen s’élève à 110.000 USD par habitant mais il est probable que beaucoup ne comptent qu’à partir de 6 zéros ! Le but premier du millionnaire qui lança l’île n’était pourtant pas forcément d’abriter les riches. Mister Flager, patron de la Standard Oil (Esso en France), imagina une villégiature et finança un chemin de fer pour desservir l’île via un pont. C’était à la fin du XIXe siècle. On venait passer la journée sur place sur ce point le plus oriental de la Floride séparé du continent par le waterway que l’on retrouve un peu partout sur cette côte Est.
 
Deux hôtels de luxe furent construits ainsi que des cabanes en bois le long des dunes. Au début du XXe siècle, la flambée immobilière fit remplacer les cabanes par de somptueuses « mansions » édifiées par les riches familles de la côte Est. L’île devint bientôt « the place to be ». Les restaurants, cafés concerts, boutiques de luxe se mirent à pulluler. Il fallait des domestiques pour servir tout ce beau monde alors on édifia sur le continent le quartier de West Palm Beach pour les loger. Aujourd’hui West Palm Beach est une ville importante qui héberge, entre autres, l’aéroport. L’île de Palm Beach est quant à elle désormais reliée par plusieurs ponts. On y circule volontiers en vélo, c’est facile, tout y est parfaitement plat.
 
Des deux hôtels originels, il ne reste plus que le Breakers, un palace monumental posé sur des pelouses manucurées face à l’Atlantique. Ouvert en 1896, c’est un plus que centenaire en parfaite santé. A l’époque de sa construction, 75 maîtres-ouvriers furent importés d’Italie pour peindre les plafonds, dont ceux du lobby de 70 m de long ! Flager ne se refusait rien pour accueillir les Morgan, Vanderbilt, et autres Rockefeller.
 
Palm Beach offre aussi aux visiteurs quelques golfs de premier ordre, faisant de l’île une destination balnéaire très recherchée. La population triple en haute saison (l’hiver). Néanmoins, tout le monde ne s’offre pas Palm Beach qui ne compte pas plus de 30.000 habitants à l’année ; ce qui en fait une retraite très exclusive et recherchée. Les restaurants sont du meilleur niveau, tout comme les galeries d’art. Les boutiques rivalisent d’élégance, les résidents aussi. Ici, on ne la joue pas « show off » mais plutôt « old money », entre gens du monde.
 
C’est un vrai spectacle de regarder le ballet des limousines le soir devant les maisons où se déroulent quelques-unes des « parties » les plus recherchées de l’hiver. Vent sucré dans les palmes de cocotiers, strass, paillettes et diamants : Bienvenue à Palm Beach, superbe oasis de prospérité, vitrine du rêve américain.
 
Site internet : www.palmbeachfl.com

à ne surtout pas rater