logo Office du tourisme des USA

Nancy Ireson - Barnes Foundation

Découvrez l’interview de Nancy Ireson, directrice adjointe des collections et des expositions, et conservatrice en chef de la famille Gund à la Fondation Barnes, à Philadelphie – Pennsylvanie.

Bonjour Dr. Ireson,

 

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Nancy Ireson, je suis directrice adjointe des collections et des expositions, et conservatrice en chef de la famille Gund à la Fondation Barnes, à Philadelphie, en Pennsylvanie.

 

Comment et quand avez-vous réalisé que vous vouliez consacrer votre carrière aux arts et à la culture ?
Au Royaume-Uni, quand j’étais enfant, les écoles insistaient pour que l’on se spécialise très tôt, donc à partir de 16 ans, j’ai étudié l’art, l’histoire et le français. Le fait que je me sois retrouvée historienne de l’art français était probablement inévitable !

 

Vous souvenez-vous du premier musée que vous avez visité et de ce que vous en avez pensé ?
J’ai eu la chance de visiter régulièrement des musées dans mon enfance, mais l’un de mes premiers souvenirs artistiques est un voyage en famille à Londres pour voir l’exposition Renoir à la Hayward Gallery en 1985. Ma sœur et moi – toutes deux âgées de moins de dix ans – aimions les photos de jeunes femmes au piano, mais nous avons été mortifiées lorsque ma mère a voulu regarder les nus.

 

Vous travaillez actuellement à la Fondation Barnes de Philadelphie. Quel est le rôle d’un conservateur en chef ?
Chaque organisation est différente, mais à la Fondation Barnes, je m’occupe de plusieurs missions en rapport avec les collections et le développement des expositions temporaires. Il s’agit notamment de la conservation, du commissariat, du design, des publications et de l’enregistrement. Il n’y a pas deux journées semblables !

 

Quelle exposition de la Fondation Barnes recommanderiez-vous à une famille avec des enfants ?

La Fondation Barnes est un endroit merveilleux à visiter avec des enfants car nous avons une variété de programmes adaptés à eux ainsi qu’aux tout-petits, et le premier dimanche de chaque mois, nous offrons une entrée gratuite et des activités artistiques lors de nos « PECO Free First Sunday Family Days ». Pour les familles qui souhaitent explorer la collection du Barnes, notre application mobile gratuite, Barnes Focus, est un excellent moyen d’en savoir plus et d’inspirer la conversation sur les œuvres de la collection. Barnes Focus exploite également l’API Google Traduction, qui vous permet de traduire automatiquement le guide en français. Les visites guidées de la collection par des documentalistes sont également un excellent moyen de s’engager plus profondément dans la collection. Si vous souhaitez une visite guidée en français, vous pouvez demander un guide francophone.

 

Et quelle exposition conseillez-vous aux passionnés d’art ?
La visite de la Collection Barnes est un must pour les amateurs d’art de tous âges et de tous horizons. La Barnes abrite l’une des plus grandes collections de peintures européennes modernes au monde, avec des œuvres importantes de Renoir, Cézanne, Matisse, Picasso, Van Gogh et Modigliani. Elle comprend également de l’art africain, des poteries amérindiennes, des meubles allemands de Pennsylvanie, des peintures européennes d’avant 1800, des antiquités du monde entier et des objets décoratifs en fer. Le Dr Barnes a organisé sa collection en « ensembles », créant des regroupements inhabituels d’objets de cultures et d’époques diverses. Nous présentons également plusieurs expositions spéciales chaque année dans notre galerie Roberts. Actuellement, Isaac Julien : Once Again … (Statues Never Die) est à l’affiche jusqu’au 4 septembre. Il s’agit d’une installation cinématographique immersive récemment commandée qui illustre l’interaction entre le Dr Barnes et l’écrivain et philosophe Alain Locke, célébré comme le « doyen » de la Harlem Renaissance, et l’exposition de la culture matérielle africaine dans les musées européens et américains.

La pièce maîtresse de notre saison d’automne est Modigliani Up Close, une importante exposition de prêt qui offre de nouvelles perspectives sur les méthodes de travail et les matériaux d’Amedeo Modigliani. Présentée dans la Roberts Gallery à partir du 16 octobre, Modigliani Up Close est organisée par une équipe internationale d’historiens de l’art et de conservateurs, dont je fais partie ; Barbara Buckley, directrice principale de la conservation et conservatrice en chef des peintures à la Barnes ; Simonetta Fraquelli, conservatrice indépendante et conservatrice consultante pour la Barnes ; et Annette King, conservatrice des peintures à la Tate Modern de Londres. Cette exposition est l’aboutissement d’années de recherches menées par des conservateurs et des commissaires d’Europe et d’Amérique. Elle présente des œuvres provenant de grandes collections du monde entier. Modigliani Up Close revêt une importance particulière pour le Barnes car le Dr Albert C. Barnes a été l’un des premiers collectionneurs de Modigliani aux États-Unis et a contribué à façonner son accueil critique dans ce pays.

 

Quelles sont les œuvres d’artistes français présentes dans les expositions de la Fondation Barnes ?
Le Barnes est l’un des meilleurs endroits au monde pour étudier l’art réalisé en France. Le Dr Albert C. Barnes admirait profondément le travail d’artistes tels que Renoir, Cézanne, Matisse, Rousseau, et collectionnait leurs œuvres avec voracité. Pour vous donner une idée, la Barnes abrite 181 œuvres de Pierre-Auguste Renoir (le plus grand groupe de peintures de l’artiste au monde) ; 69 œuvres de Paul Cézanne, dont Les Joueurs de cartes (1890-1892) et Les Grandes Baigneuses (1895-1906) (le plus grand groupe de peintures de l’artiste au monde) ; et 59 œuvres d’Henri Matisse, dont La Danse (1932-1933), commandée par le Dr. Barnes pour l’espace principal de la galerie, et Le Bonheur de Vivre (1905-1906).

 

Quelle est votre œuvre d’art préférée dans le musée et pourquoi ?

J’ai beaucoup de coups de cœur, c’est l’un des avantages du métier ! J’aime particulièrement les œuvres de Georges Seurat. Les Poseuses dans la première galerie est un tableau incroyable.

 

En plus d’être conservatrice en chef, vous êtes également un écrivain célèbre. Pourriez-vous nous en dire plus sur vos écrits et nous indiquer où les trouver ?
J’ai écrit pour de nombreux catalogues et revues au fil des ans, mais mes textes les plus récents sont destinés aux livres de la Barnes (que vous pouvez acheter dans notre boutique en ligne). Cet automne, la Barnes lancera un catalogue entièrement illustré pour accompagner notre exposition Modigliani Up Close, que j’ai édité avec mes co-commissaires. En plus des textes variés qu’il contient, il regorge d’images, offrant une exploration ciblée de la manière dont Modigliani a construit et composé ses œuvres phares.

L’année dernière, j’ai également co-édité Cézanne in the Barnes Foundation avec André Dombrowski, Frances Shapiro-Weitzenhoffer Professeur Associé d’art européen du 19e siècle à l’Université de Pennsylvanie et Sylvie Patry, Conservatrice en chef et directrice adjointe des affaires curatoriales et collections au Musée d’Orsay, à Paris. Il s’agit de la première publication consacrée à la vaste collection d’œuvres du célèbre artiste Paul Cézanne (1839-1906) de la Fondation Barnes, l’une des plus grandes et des plus importantes au monde. Et j’ai édité le catalogue de mon exposition de 2021, Suzanne Valadon : Modèle, Peintre. Rebel, qui marquait la première exposition monographique de l’artiste dans un musée américain.

 

Vous avez vécu et travaillé dans de nombreux endroits du monde. Qu’est-ce qui rend Philadelphie spéciale pour vous ?

Philadelphie est imprégnée d’art et d’histoire, ce qui en fait un endroit formidable à visiter. Je suis venue pour la première fois dans la ville en tant qu’étudiante, pour visiter la Fondation Barnes, alors avoir l’opportunité de travailler avec la collection a été magique.

 

Quelles sont vos œuvres d’art public préférées à Philadelphie ?

La ville recèle de nombreux joyaux cachés. Si vous ne pouvez pas découvrir toutes les œuvres d’art de destination, comme le Roger Van der Weyden du Musée d’Art de Philadelphie, vous devriez prendre le temps de voir les peintures murales monumentales sur les bâtiments de la ville, créées par Mural Arts, une organisation innovante à but non lucratif qui emploie des artistes et leur donne les moyens de décorer la ville.

 

Dernière question : Que voudriez-vous dire aux visiteurs français qui viennent à Philadelphie pour la première fois ?

Venez vite ! Vous serez heureux de l’avoir fait.

 

Merci beaucoup, Dr. Ireson !

Allez plus loin

Adresses

Contact presse

press@barnesfoundation.org

Contact grand public

info@barnesfoundation.org

Suivre

Dans la même categorie